Assainissement -Assainissement non Collectif - Assainissement Individuel - Assainissement Autonome - Epuration des eaux usées - Traitement des eaux usées -

- Vidange - Fosse septique - Micro-Station - Fosse Toutes eaux - Aides - Subventions - Spanc - Bureaux d’étude - Terrassiers - Réglemention de l’assainissement - Conformité installation - Couts, prix et entretien - fosse sceptique

Raccourcis
Comparatif couts, prix et entretien
Demandez votre devis
Définition d’un Spanc
Informations sur les vidanges
Liste des fabricants
Lexique
Réglementations et Normes
Liens utiles
Plan du site

Les Aides Financières et Subventions

 

 

Toutes les informations sur Mon-Assainissement.fr
Devis Gratuit
Demandez 
votre Devis, 
c’est Gratuit !
Professionnel 
Devenez partenaire et Recevez les 
demandes de devis
Fosse septique - Tertre d'infiltration
Quelles sont les solutions pour
mon assainissement ?

Que ce soit un élément épurateur traditionnel ou un système de traitement agréé, chaque technologie offre des avantages et des inconvénients. Ce site vous guidera dans votre choix.
Les conditions de traitement sont différentes selon la nature du sol, la pente, l’espace disponible, la présence de nappes superficielles, etc. Seul un spécialiste peut concevoir correctement ce type d’assainissement.
Le traitement des eaux usées se fait préférentiellement soit par le sol en place soit par un matériel dont les caractéristiques techniques et le dimensionnement sont précisés en annexe de l’arrêté relatif aux prescriptions techniques (voir arrêté du 7 septembre 2010).

Dans toutes ces solutions, 4 grandes familles se distinguent:

Le traitement se passe en 4 phases :

1ère Phase: Collecte
L'ensemble des eaux usées de l’habitation (WC, cuisine, salle de bain, machine à laver, évier et autres) est dirigé vers le dispositif d’assainissement. Beaucoup d’installation très ancienne ne collectent que les eaux vannes vers le dispositif de traitement. Depuis la réglementation de 1982, les eaux vannes et les eaux grises doivent être collectées et traitées. Les eaux de pluie ne doivent pas être raccordées au dispositif d'assainissement.
La norme DTU 64-1 impose :
- le diamètre des conduites doit être de 100 mm au minimum,
- une pente de 2 à 4 % est nécessaire afin d’éviter la stagnation des eaux,
- les coudes à 90° sont fortement déconseillés. La recommandation est d’installer des coudes de 45°,
- la canalisation de collectes des eaux de cuisine ne doit pas dépasser 10m afin d’éviter le colmatage des graisses suite à leur refroidissement dans la canalisation. Dans le cas contraire un bac à graisse est fortement conseillé,
- la canalisation des eaux vannes (WC) doit comprendre le moins d’accident possible,
- une ventilation doit être installé au plus proche de l’unité de traitement afin d’éviter le phénomène de désiphonage (aspirer l’eau des siphons de vos évier, douches et autres). Cette ventilation est appelée ventilation primaire. Elle doit avoir un diamètre de 10cm et sa sortie doit être à la toiture de la maison.
Quelles sont les solutions pour mon assainissement ?
Sommaire
ANC_explications_legendes.pdf
2ème Phase: Prétraitement
Dans un milieu sans agitation, le prétraitement assure :
- la décantation des matières en suspension,
- la rétention des éléments flottants,
- le stockage des boues,
- leur dégradation anaérobie,
- la homogénéisation des polluants (chimiques et organiques),
- et l’hydrolyse des graisses,
A noter que lors de cette phase, il y une production d'ammonium, d’où la nécessité d’une ventilation.
ANC_collecte_legendes.pdf
3ème Phase: Traitement
Le traitement permet :
- l’élimination biochimique de la pollution restante par action des micro-organismes qui sont présents de façon naturelle,
- la réduction de la charge organique (DBO et DCO),
- et la dénitrification, selon les dispositifs.

4ème Phase: Évacuation (aussi appelé exutoire)
Les eaux, une fois assainies, sont restituées au milieu naturel. Les normes sont strictes. En effet, seules l'infiltration et l'irrigation (non l'arrosage) sont autorisées par la loi (article 12 de l'arrêté du 7 septembre 2009). Lorsque aucune solution autorisée n'est envisageable techniquement, comme dans les cas de sols imperméables, il est possible d'envisager d'autres systèmes, où l'évacuation peut se faire en milieu hydraulique superficiel (cours d'eau permanents, fossé, ...).
Pour une installation avec traitement par le sol, la perméabilité doit être comprise entre 15 et 500 mm/h sur une profondeur supérieure ou égale à 0,70 m. Pour les solutions autres que le traitement par le sol (Micro-stations, filières compactes, ...), la perméabilité doit être comprise entre 10 et 500 mm/h. L’étude de sol doit prouver l'impossibilité d'évacuer les effluents du traitement (article 6 de l’arrêté du 7 septembre 2009) (voir les Démarches à suivre pour la mise en conformité).
Ces autres systèmes peuvent être mis en œuvre par l'intermédiaire de l'obtention d'une dérogation. Consulter votre SPANC.
Un court d'eau est permanent. Une déclaration à votre collectivité est nécessaire pour tous rejets supérieurs à 5% du débit moyen interannuel du cours d'eau (R.214-6 et suivants du Code de l'environnement).
A savoir :
L’unité de mesure des quantités de polluant est le EH (équivalent habitant).
EH ou Equivalent Habitant représente l’équivalent en pollution d’une personne sur son lieu d’habitation (150 litres/jour en charge hydraulique et 60 g DBO5/jour en charge organique). Il permet de dimensionner certains dispositifs de traitement.

Impératifs de pose

Les distances à respecter :
- de 3m minimum d'un arbre ou d'une limite de propriété
- de 5m minimum des habitations
- de 10m maximum des évacuations des cuisines de l'habitation connectée ou avoir un bac à graisse sur le réseau des cuisines le plus proche de l'évacuation.
- de 35m minimum d'un puits, forage ou source d'eau destinée à la consommation humaine. Cette distance peut être réduite pour des situations particulières permettant de garantir une eau propre à la consommation humaine. Si cette condition n’est pas remplie et lorsque le bâtiment est desservi par le réseau public de distribution d’eau potable, le captage des eaux du puits sera interdit à la consommation humaine.
Les exigences pour le contrôle :
- L’installation de regards accessibles doivent permettre la vérification du bon état, du bon fonctionnement, de l’entretien de tous les éléments de l’installation(Article 5, II, 1° de l’arrêté du 7 Mars 2012).
Le propriétaire doit tenir à disposition de la commune un schéma localisant sur la parcelle l’ensemble des dispositifs constituant l’installation en place (Article 5, II 2° de l’arrêté du 7 Mars 2012).
Ventilation :
- Une ventilation secondaire doit être placée en sortie de la fosse septique toutes eaux et rejoindre un extracteur statique ou éolien. Sa sortie doit être placée à 40 cm du faîtage.
- Le diamètre de la canalisation d'extraction sera d'au moins 10cm.
- la distance entre l’entrée d’air de la ventilation primaire et la sortie de la ventilation secondaire doit être au minimum de 1m.
Accueil
ANC_explications_legendes.pdf
Conseil d'utilisation de son assainissement

La plupart des fabricants vous déconseilleront vivement dans les canalisations d'eaux usées domestiques les produits suivants :
- Eaux pluviales (interdit  par la réglementation)
- Produits chimiques (Peintures, solvants, déboucheurs et produits à base de soude..)
- Médicaments (principalement les antibiotiques)
- Pesticides de tout type
- Produits hygiéniques à usage unique (tampons, serviettes hygiéniques, préservatifs, couches, ...)
- Tissus (Gants de toilette, chiffons, lingettes, ...)
- Déchets ménagers et emballages carton et plastique
- Cendres, mégots de cigarettes
- ...
Tous droits réservés - 2013 - LBR / © Copyright - 2013 - LBR / Mentions légales